ventouse-2.jpg

Les Ventouses

Une ventouse… un terme et un objet qui semble désuet, daté, sorti d’un autre âge.

Et c’est vrai, cet outil a traversé le temps !

Les ventouses comme outil sont connues depuis la nuit des temps. Les premières traces retrouvées dans l’histoire remontent à 2000 ans avant J.C. en Égypte. 

Les premières traces écrites de l’utilisation de ventouses remontent à la période hippocratique en Grèce au 4ème – 5ème siècle avant notre ère.

C’est l’outil de soin traditionnel le plus universellement répandu à travers le monde.
Dans le monde, elles étaient souvent utilisées dans le giron familial.

Peut-être avez-vous, vous-même, des grands-parents ou arrières grands-parents qui en utilisaient encore.
 

En Médecine Traditionnelle Chinoise, les ventouses (Ba Guan Zi) font partie de l’arsenal thérapeutique depuis la plus haute antiquité.

Cette méthode consiste à appliquer sur la peau un petit récipient en verre et en forme de cloche.  La pose des ventouses se fait par flambage : un tampon d’ouate imbibé d’alcool est allumé à l’intérieur du récipient pour y produire une pression négative. Ce dernier est placé sur des endroits spécifiques du corps. Grâce à au vide d'air provoqué, la peau est aspirée, pour extraire les toxines et mauvais sang du corps.

Le sujet ne ressent aucune douleur, seulement une sensation de traction et d’échauffement de la peau.

 

L’action d’aspiration induite par la pression, amène ce qui est en profondeur (Yin) à la surface (Yang).

Les ventouses contribuent à aspirer et éliminer du corps les facteurs pathogènes externes (Vent, Froid, Humidité, Chaleur).

Les blocages sont dissous, les douleurs diminuent, la circulation du sang s’améliore, les muscles se décontractent, la chaleur interne est réduite.

 

La pose des ventouses est un moyen très efficace pour soulager

les douleurs musculaires,

les douleurs articulaires

et les douleurs rhumatismales.

Les séances proposées se pratiquent toujours en complément d'un suivi médical. Les séances sont proposées à des fins non médicales. Elles ne remplacent en aucun cas les soins d’un médecin ou d'un masseur – kinésithérapeute.
Compte tenu de la loi du 30.04.1946, décret 60669 de l'article L.489 et de l'arrêté du 8.10.1996, il ne s'agit nullement de soins médicaux ou de kinésithérapie et les séances sont des techniques complémentaires qui ne substituent en aucun cas à une prestation médicale.